Rechercher
  • Thérèse Fournier

François Pedron : le roman « Nador », la Tunisie avec empathie et lucidité.

Le titre «Nador », faussement exotique, mérite une explication. Nador signifie « Belle vue » ce qui est à prendre au second degré puisque Thérèse Fournier nous conte une histoire qui, dans un décor de carte postale, nous révèle une histoire cruelle. La Tunisie qu’elle connaît si bien pour y avoir vécu des années, est un peu délaissée par les romanciers contemporains et Nador apparaît déjà comme une rareté.

Alors que l’ensemble Tunis/Bizerte constitue une scène de crime totalement originale dans la production littéraire contemporaine, sous le même soleil que celui de l’Etranger de Camus – c’était un autre port, mais c’est toujours le Maghreb, marqué ici par un « protectorat » qui a laissé des traces ineffaçables sous le régime d’un Ben Ali dont l’Occident ne perçoit pas la fragilité, Charles Duquesne, un jeune expatrié, version moderne du « coopérant », est assassiné. Sa femme, Gabrielle, est arrêtée trop vite : cette enquête bâclée cache forcément une combine politique. En effet, la victime avait découvert une affaire de corruption qu’elle allait bientôt révéler : des millions d’euros versés par Bruxelles, destinés à améliorer et réguler les systèmes d’adduction d’eau potable, se sont évaporés…

Mais l’enquête policière est secondaire par rapport à celle qui nous fait découvrir peu à peu les amours des protagonistes. Gabrielle s’ennuie et se sent délaissée : c’est une proie (trop) facile pour Kaïs, un séducteur issu des deux cultures. Charles essaye de résister à l’attraction d’une jeune tunisienne, Houria.

C’est un quatuor que le destin mène à la baguette et l’auteur avec adresse. Les personnages, finement dessinés, vivent (et meurent) dans une Tunisie observée avec empathie et lucidité. A petites touches fluides, l’auteur raconte la vie chez les nantis, et chez ceux que la dureté du quotidien épuise. Et nous rappelle que le « moteur » de l’Homme, c’est l’amour.

François Pedron

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

8 Mars 2020. Hommage à « The Tunisian Girl »

« Je n’ai jamais pensé que nous nous sommes placées dans une pluie de balles afin de réintroduire la polygamie ». C’est ce que disait «the tunisian girl », Lina Ben Mhenni, blogueuse de la révolution

Mon coeur bat pour le Liban

Beyrouth. Le 26ème salon du livre francophone, qui aurait dû ouvrir ses portes du samedi 9 au 17 novembre 2019, a été reporté sine Die. Les 12, 14 et 15 novembre, j’aurais du signer ma « trilogie arab

Lanouaille centre du monde

Venant de Paris et arrivant à Limoges, ce vendredi 28 juin, c’est comme si j’étais rentrée dans un four. Nathalie la charmante taxiste nous attend, Oscar Coop-Phane, auteur chez Grasset de « Le procès