Rechercher
  • Thérèse Fournier

Nador à Barcelone

Moment d’intense concentration hier à la médiathèque de l’Institut Français de Barcelone, dans l’immeuble-damier de l’architecte catalan Josep Antoni Coderch, carrer Moia, 8. Une petite estrade, des fauteuils baquets rouges, un public attentif, munis de casques audio pour certains. A l’institut français on ne fait pas les choses à moitié – au fond de la salle la traductrice simultanée Maryam Chaib veille à ce que tout le monde reçoive dans sa langue. Pour introduire la conférence Pascale de Schuyter Hualpa, Directrice de l’Institut, a d’ailleurs demandé aux participants s’ils préféraient une traduction simultanée en catalan ou en castillan.

Delphine Borione, secrétaire adjointe de l’Union pour la Méditerranée, dirige le débat : la trilogie du monde arabe – « L’Olivier bleu », « 2028 », « Nador » : comment je l’ai bâtie au fil du temps, au rythme des évènements historiques et de mes voyages en bateau, du Maroc à la Tunisie. La Tunisie de ben Ali à la veille du printemps arabe : dans l’œil de la dictature ? L’acte d’écrire : origine et nécessité. Le psychanalyste et psychiatre Javier Solé, fondateur de la clinique psychanalytique Logos, demande : l’écriture devient-elle guérison ? Rosa Pareja, avocate engagée dans le droit des femmes : pourquoi la dédicace à la juriste iranienne Shirine Ebadi ? Cristina Badosa Mont, enseignant-chercheur de l’université de Perpignan propose : poser un regard bienveillant sur l’autre. Plus tard, dans le salon rouge, c’est la vénérable institution de plus de 100 ans d’âge, le « Cercle des français ; Barcelone Accueil », en la personne de Madeleine, qui nous offre le cava alors que je dédicace et tamponne des « Nador » vendus par la libraire française de Barcelone, Jaimes. Tous les acteurs de la francophonie en Catalogne sont là et je les en remercie, car d’entre les 7 langues que je parle, une, et une seule, ma langue mère, ma langue nourricière, le Français, est ma langue d’écrivain.

http://theresefournier.fr/nador

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

8 Mars 2020. Hommage à « The Tunisian Girl »

« Je n’ai jamais pensé que nous nous sommes placées dans une pluie de balles afin de réintroduire la polygamie ». C’est ce que disait «the tunisian girl », Lina Ben Mhenni, blogueuse de la révolution

Mon coeur bat pour le Liban

Beyrouth. Le 26ème salon du livre francophone, qui aurait dû ouvrir ses portes du samedi 9 au 17 novembre 2019, a été reporté sine Die. Les 12, 14 et 15 novembre, j’aurais du signer ma « trilogie arab

Lanouaille centre du monde

Venant de Paris et arrivant à Limoges, ce vendredi 28 juin, c’est comme si j’étais rentrée dans un four. Nathalie la charmante taxiste nous attend, Oscar Coop-Phane, auteur chez Grasset de « Le procès