Rechercher
  • theresefournier

Mon coeur bat pour le Liban


Beyrouth. Le 26ème salon du livre francophone, qui aurait dû ouvrir ses portes du samedi 9 au 17 novembre 2019, a été reporté sine Die.

Les 12, 14 et 15 novembre, j’aurais du signer ma « trilogie arabe » au stand de la librairie Le Point de Paule Hekayem. Le 17 novembre, au stand arabophone, une conférence sur la trilogie arabe, « trilogie romanesque », avait été organisée par Roula Zoubiane, avec des lectures et la participation des étudiantes de la Faculté des lettres et des sciences humaines (FLSH) de l’Université libanaise (UL).

Passionnantes rencontres qui n’auront pas lieu.

Roula Zoubiane reste confiante. Elle me fait part de son analyse sur la situation au Liban :

« Il est vrai que le Liban traverse une mouvance. Celle-ci est cependant laïque, pacifique et prometteuse d'un avenir meilleur. Le peuple libanais est pour la première fois uni autour d'un seul et même projet, éthique avant tout, bien que le soulèvement populaire ne soit pas organisé, mais spontané. Les jeunes particulièrement font preuve de responsabilite citoyenne et de sens critique politique, réprouvant radicalement l'instrumentalisation du pouvoir autrement que dans l’intérêt du bien public. Nos étudiantes concilient, dans notre département, les exigences académiques et celles activistes. Tous les jours elle viennent pour les cours et participent aux manifestations. »

J’aurais du venir pour la troisième fois consécutive au salon. Je pense à tous mes amis libanais, Nassib Aoun mon traducteur en arabe, sa femme Thérèse, sa fille Maïa, Ghazi Berro mon éditeur en langue arabe, Paule Hekayem de la librairie Le Point, Antoine Messarra, juriste sociologue et écrivain, Roula Zoubiane, professeur à l’université libanaise et essayiste, ma copine Rosine, Imane ma pharmacienne de Paris. Je pense aussi à tous les français de l’Institut, comme Alexandre Lemasson, qui, chaque année investissent toute leur énergie pour une programmation de choix et un brillant débat d’idees. Avec la présence de Mathias Enard cette année.

En souhaitant le meilleur pour vous tous et pour le Liban.


21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

1. Je suis Neandertal.

Longtemps il a joui d’une mauvaise réputation. Dans notre univers de classification « du plus… » au « moins… », du « mieux… au pire », il était tout en bas de l’échelle, plus petit, plus trapus, plus

Mon coeur bat pour le Liban

24… 25… on n’est pas arrivés à 26 ! Le 26ème salon du livre francophone de Beyrouth, - du 9 au 17 novembre 2019 -, avait été annulé pour cause de troubles politiques et sociaux. La 27ème édition, cell